COMPRENDRE ET CHOISIR UN OTDR

Par Infractive (01 75 49 81 30)

 

Distributeur spécialisé dans le déploiement et l’analyse des réseaux fibres optiques

 

Solutions pour réseaux télécoms ou LAN

-          Une expertise technique reconnue

-          Une forte expérience terrain

-          Un laboratoire de maintenance et calibration approuvé

-          Des produits référencés

Découvrir toute la gamme des réflectomètres rendez vous sur notre site et : cliquez ici

 

Le réflectomètre optique temporel (OTDR) est un outil essentiel à la caractérisation et à la certification de liens de fibre optique (réseaux locaux/Ethernet monomode et multimode). Au moment de se procurer un OTDR, il est important de sélectionner celui qui offre la performance et les fonctions spécifiques requises pour qualifier ces liens efficacement et conformément aux normes et aux spécifications applicables.
Bon nombre de modèles d’OTDR sont actuellement disponibles sur le marché afin de satisfaire aux différents besoins de tests et de mesures, allant de la simple identification de bris à la certification avancée de liens de fibre optique. Pour faire un choix éclairé lors de l’achat d’un OTDR, il est recommandé de tenir compte de cinq paramètres fondamentaux. Il ne suffit pas de sélectionner un appareil uniquement en fonction de sa performance générale et de son prix, puisque cela peut engendrer des problèmes si le modèle ne convient pas à l’application à laquelle il est destiné. Une bonne compréhension des cinq paramètres de base aidera les acheteurs à choisir l’appareil adapté à leur environnement spécifique et, par conséquent, à maximiser leur productivité.

Les spécifications clés à considérer lors de l’achat d’un OTDR sont les suivantes :
• Plage dynamique
• Zones mortes (atténuation et événement)
• Résolution d’échantillonnage
• Possibilité de définir des seuils réussite-échec
• Post-traitement des données et production de rapports

 

 

Plage dynamique
Cette spécification détermine la perte optique que l’OTDR peut analyser; c’est-à-dire la longueur totale du lien de fibre optique pouvant être mesurée par l’appareil. Plus élevée est la plage dynamique, plus longue est la distance pouvant être analysée par l’OTDR. La plage dynamique est un paramètre qui doit être attentivement évalué pour deux raisons :


1. Les fabricants de réflectomètres indiquent la plage dynamique de leurs appareils de manière différente (manipulant aléatoirement des spécifications comme la longueur d’impulsion, le rapport signal sur bruit, la durée moyenne, etc.). Par conséquent, il est crucial de bien comprendre ces spécifications et d’éviter de comparer des éléments incomparables.


2. Une plage dynamique insuffisante ne permet pas au système de mesurer la longueur complète du lien de fibre optique et, très souvent, affecte la précision de la mesure de perte, d’atténuation et du connecteur le plus éloigné. Une bonne pratique serait donc de sélectionner un OTDR dont la plage dynamique est de 5 à 8 dB supérieure à la perte maximale pouvant être mesurée.
Par exemple, un OTDR monomode ayant une plage dynamique de 35 dB offre une plage dynamique utilisable de 30 dB. En présumant une atténuation typique de la fibre de 0,20 dB/km à 1550 nm et des épissures tous les 2 kilomètres (perte de 0,1 dB par épissure), un tel appareil pourrait certifier avec précision des distances allant jusqu’à 120 km.
En comparaison, un OTDR multimode ayant une plage dynamique de 26 dB offre une plage dynamique utilisable d’environ 21 dB. En présumant une atténuation typique de 0,5 dB/km à 1330 nm et deux pertes de connecteur d’environ 1dB chacun, cet appareil pourrait certifier avec précision des distances allant jusqu’à 38 km.

Zones mortes
Les zones mortes sont causées par les événements réfléchissants (connecteurs, épissures mécaniques, etc.) situés le long d’un lien de fibre optique. Elles empêchent l’OTDR de mesurer avec précision l’atténuation sur de courts liens de fibre et de différencier des événements rapprochés, comme les connecteurs des tableaux de connexions, etc. Lorsqu’une réflexion optique puissante provenant d’un tel type d’événement atteint l’OTDR, le circuit de détection de l’appareil demeure saturé pendant un certain temps nécessaire à la récupération (converti en distance dans l’OTDR), avant de pouvoir mesurer de nouveau la rétroréflexion avec précision. En conséquence de la saturation, la section de fibre qui suit l’événement réfléchissant ne peut pas être « vue » par l’OTDR, d’où l’expression « zone morte ».
Au moment de définir la performance de l’OTDR, il est important de tenir compte de l’analyse de la zone morte afin d’assurer que le lien de fibre optique puisse être mesuré au complet. Les spécifications de deux types de zones mortes sont normalement fournies :

1. Zone morte de l’événement : il s’agit de la distance minimale requise pour que des événements réfléchissants consécutifs puissent être « résolus », c’est-à-dire différenciés les uns des autres. Si un événement réfléchissant se situe dans la zone morte de l’événement précédent, il ne sera pas détecté ni mesuré correctement. La norme de l’industrie pour cette spécification varie de 1 m à 5 m.

 

2. Zone morte de l’atténuation : il s’agit de la distance minimale requise, après un événement réfléchissant, pour que l’OTDR mesure une perte d’événement réfléchissant ou non réfléchissant. Pour mesurer de courts liens de fibre et pour caractériser ou identifier des bris dans les connecteurs et les raccords, une zone morte d’atténuation la plus courte possible offre les meilleurs résultats. La norme de l’industrie pour cette spécification varie de 3 m à 10 m.

 

 

Résolution d’échantillonnage
La résolution d’échantillonnage correspond à la distance minimale entre deux points d’échantillonnage consécutifs acquis par l’appareil. Ce paramètre est crucial, puisqu’il détermine la précision de distance ultime et la capacité de localisation de bris de l’OTDR. Tout dépendant de longueur d’impulsion et de la plage de distance sélectionnées, cette valeur pourrait varier de 4 cm à 5 m avec un appareil de la série FTB-7000D d’EXFO.

Seuils réussite-échec
Cette fonction de pointe permet de gagner beaucoup de temps lors de l’analyse de traces OTDR, puisqu’elle permet à l’utilisateur de définir des seuils réussite-échec pour des paramètres
importants comme la perte d’épissure, la réflexion du connecteur, etc. Ces seuils mettent en évidence les paramètres ayant dépassé une ligne d’avertissement ou une limite prédéfinie et,
utilisés conjointement avec le logiciel de production de rapports, ils fournissent rapidement des fichiers de travail complets aux responsables de l’installation ou de la mise en service.

Production de rapports
La production de rapports est une autre fonction qui permet de gagner beaucoup de temps. La durée de post-traitement peut être réduite de jusqu’à 90 % si l’OTDR est doté d’un logiciel
spécialisé de post-traitement permettant de générer rapidement et facilement des rapports de réflectométrie. Les rapports peuvent notamment porter sur l’analyse de traces OTDR
bidirectionnelles et comprendre des sommaires sur les câbles à haute densité de fibres.

 

Pour plus d'informations: http://www.infractive.fr/Deploiement-reseaux/Test-et-mesure-optique/Reflectometres.html

Logo

18-22 Avenue Edouard Herriot
Bât Kepler, Hall 3
92350 Le Plessis Robinson
Std : 01 75 49 81 30
Fax : 01 75 49 81 31
Email : contact[at]infractive.fr